Article

Quels sont les plafonds de loyer maximum avec la loi Pinel en 2023 ?

La Loi Pinel, depuis sa mise en place, a suscité l’intérêt de nombreux investisseurs immobiliers en France. Son objectif principal est double : d’une part, encourager les investissements dans le secteur locatif neuf, et d’autre part, rendre les logements plus accessibles à une large partie de la population.

Pour bénéficier des avantages fiscaux qu’elle propose, il est impératif de respecter certaines conditions, dont l’une des plus importantes est le plafonnement des loyers. En 2023, des modifications ont été apportées à ce dispositif, impactant ainsi les investisseurs et les locataires.

Où en est la loi Pinel ?

Depuis son instauration, le dispositif Pinel a connu plusieurs ajustements, reflétant la volonté du gouvernement d’adapter la politique du logement aux besoins changeants du marché immobilier et de la population. Reconduit jusqu’en 2024, ce dispositif a prouvé son efficacité en stimulant les investissements dans le secteur locatif neuf tout en offrant des logements à des tarifs abordables.

Historiquement, le dispositif Pinel offrait une réduction d’impôt équivalente à 12, 18 ou 21% de l’investissement, en fonction de la durée de location du bien acquis. Cependant, 2023 a marqué un tournant dans cette dynamique. Les avantages fiscaux ont été revus à la baisse : 10,5% de réduction pour un engagement de location de 6 ans, 15% pour 9 ans, et 17,5% pour 12 ans. Cette décision, bien que pouvant sembler moins attractive à première vue, s’inscrit dans une démarche de régulation et d’équilibre du marché locatif.

Mais 2023 n’a pas seulement été l’année d’une réduction des avantages. En effet, le gouvernement a introduit le « Pinel + », une nouvelle variante offrant un avantage fiscal à taux plein, mais sous certaines conditions plus strictes. Cette initiative vise à encourager des investissements de qualité, en privilégiant par exemple des logements éco-responsables ou situés dans des zones particulièrement tendues.

Quels sont les plafonds de loyer à respecter en 2023 ?

L’un des piliers du dispositif Pinel réside dans l’encadrement des loyers. Cette mesure vise à garantir que les logements financés grâce aux avantages fiscaux offerts par la Loi Pinel restent accessibles à une large partie de la population. Mais comment est déterminé ce plafond de loyer ?

Tout d’abord, il est essentiel de comprendre que le montant maximal du loyer dépend principalement de deux critères : la zone géographique dans laquelle se situe le logement et sa superficie. La France est divisée en plusieurs zones (A, A bis, B1) qui tiennent compte de la tension du marché immobilier local. Ainsi, dans les zones où la demande de logements est particulièrement forte, les plafonds de loyers sont naturellement plus élevés.

Les barèmes du loyer applicable au m² pour 2023 sont les suivants :

  • Zone A bis : 17,62 €/m²
  • Zone A : 13,09 €/m²
  • Zone B1 : 10,55 €/m²
  • Zones B2 et C : 9,17 €/m²


Ces montants ne sont toutefois que la base du calcul. Pour affiner ce dernier, un coefficient multiplicateur est appliqué. Ce coefficient prend en compte la superficie du bien selon la formule : Barème Pinel x (0,7 + 19/S) x S, où « S » représente la surface utile du logement. Il est important de noter que ce coefficient, arrondi à la décimale la plus proche, ne doit pas dépasser 1,2.

Prenons un exemple concret : pour un appartement de 50 m² de surface utile situé en zone A bis, le plafond de loyer selon la Loi Pinel sera de (17,55 x (0,7 + 19/50) x 50), soit 947,70 €.

L’immobilier connecté à vos besoins

Créez votre compte Maslow

  • Accédez au listing complet de nos projets d’investissement
  • Complétez votre dossier investisseur en amont et soyez prêt en cas de coup de coeur !
  • Retrouvez tous vos documents au même endroit
  • Consultez vos rendez-vous à venir

Quels sont les plafonds de ressources des locataires en loi Pinel pour 2023 ?

Au-delà de l’encadrement des loyers, la Loi Pinel vise également à faciliter l’accès au logement pour les ménages aux revenus modestes. Pour ce faire, elle impose des plafonds de ressources pour les locataires des logements financés par ce dispositif. Ces plafonds garantissent que les avantages fiscaux du Pinel profitent réellement à ceux qui en ont le plus besoin, tout en évitant une inflation des loyers.

Les plafonds de ressources varient en fonction de la zone géographique du logement, tout comme les plafonds de loyers. De plus, ils tiennent compte de la composition du foyer fiscal du locataire, assurant ainsi une équité entre les différents ménages.

Voici les plafonds de ressources pour 2023 :

Composition du foyer Zone A bis Zone A Zone B1 Zone B2 Zone C
Personne seule 39 363 € 39 363 € 32 084 € 28 876 € 28 876 €
Couple 58 831 € 58 831 € 42 846 € 38 560 € 38 560 €
Personne seule ou couple + 1 personne à charge 77 120 € 70 718 € 51 524 € 46 372 € 46 372 €
Personne seule ou couple + 2 personnes à charge 92 076 € 84 708 € 62 202 € 55 982 € 55 982 €
Personne seule ou couple + 3 personnes à charge 109 552 € 100 279 € 73 173 € 65 856 € 65 856 €
Personne seule ou couple + 4 personnes à charge 123 275 € 112 844 € 82 465 € 74 219 € 74 219 €
Majoration / personne à charge en + + 13 734 € + 12 573 € + 9 200 € + 8 277 € + 8 277 €

Ces plafonds sont régulièrement réévalués pour tenir compte de l’évolution des conditions économiques et sociales. Ils garantissent que le dispositif Pinel reste fidèle à son objectif premier : favoriser l’accès à la location pour les ménages modestes qui ne peuvent pas prétendre au logement social.

Comment sont déterminer les plafonds de loyer en loi Pinel ?

L’un des éléments clés pour définir le plafond de loyer en Loi Pinel est la surface utile du logement. Cette notion, spécifique au dispositif, englobe non seulement la superficie habitable du bien, mais aussi certaines de ses annexes. Comprendre comment cette surface est déterminée est essentiel pour tout investisseur souhaitant bénéficier des avantages de la Loi Pinel.

La superficie habitable, souvent appelée « surface Boutin » en référence à la loi qui la définit, est la surface de plancher construite, après déduction des surfaces occupées par les murs, cloisons, marches et cages d’escaliers, gaines, embrasures de portes et de fenêtres. Il est à noter que pour être comptabilisée, la hauteur sous plafond doit être au moins égale à 1,80 mètres.

Mais la Loi Pinel va plus loin en intégrant à cette superficie habitable une partie des surfaces annexes. Ces dernières comprennent des éléments tels que les balcons, terrasses, loggias, et certains locaux annexes. Pour le calcul du plafond de loyer, seule la moitié de ces surfaces annexes est prise en compte, et ce, dans une limite de 8 m². Cela signifie que si un logement dispose d’une terrasse de 15 m², seulement 8 m² seront retenus et, de ces 8 m², seule la moitié, soit 4 m², sera ajoutée à la superficie habitable pour déterminer la surface utile.

La prise en compte de ces surfaces annexes vise à offrir une meilleure représentation de la valeur réelle du logement. En effet, dans certaines régions, la présence d’un balcon ou d’une terrasse peut considérablement augmenter l’attractivité et, par conséquent, la valeur locative d’un bien.

  • En 2023, la réduction d’impôt sur le revenu peut aller de 10,5 % pour 6 ans de location à 17,5 % pour 12 ans de location, en fonction de la durée de l’engagement de location.

  • Un nouveau dispositif « Pinel+ », introduit en 2023, offre des avantages fiscaux complets sous certaines conditions.

  • Pour calculer le plafond de loyer Pinel, il faut prendre en compte la surface habitable utile du bien loué, y compris la moitié de la surface des annexes comme les balcons, dans une limite de 8 m2.

  • La loi Pinel fixe également des plafonds de ressources pour les locataires, en fonction de la taille du ménage et de la localisation du bien.

Commentaires d'investisseurs

Soyez le premier à publier un commentaire !

Laisser un commentaire




Apparaîtra au dessus du commentaire

*champs obligatoires