En ce moment : Formation "Vos premiers pas dans l'immobilier" offerte pour toute création de compte.

Projet de loi de finances : Louer un bien meublé en longue durée plutôt que sur Airbnb

Dans le cadre du projet de loi de finances 2024, des discussions sont actuellement en cours au Parlement afin de réguler les locations Airbnb et leur abattement fiscal dans l’objectif de répondre à la problématique d’accès au logement. Parmi les principales menaces qui pèsent sur les locations
Airbnb et les propriétaires :

  • l’interdiction de louer un bien dont le Diagnostic de Performance Énergétique est mauvais
  • le durcissement du régime fiscal avec une réduction du taux d’abattement sur les revenus des
    meublés de tourisme.

Aussi, d’autres mesures pourront être appliquées comme l’affichage obligatoire des locations touristiques dans les parties communes, des sanctions plus lourdes pour lutter contre les fraudes, ou encore la réduction des jours de location autorisés par le maire.

Bien que les locations Airbnb soient d’ores et déjà réglementées dans certaines villes, particulièrement dans le Pays Basque avec 24 communes concernées, cette proposition de loi pourrait radicalement modifier et durcir les règles du jeu pour les investisseurs immobiliers. Dans ce contexte, Maslow.immo, a souhaité donner son analyse de la situation et en quoi la location meublée longue durée permettrait de résoudre la problématique d’accès au logement sans impacter la
rentabilité des propriétaires.

Selon Pierre-Emmanuel Jus, directeur délégué de Maslow « En fonction des villes, la location longue durée n’est pas plus rentable que la location en meublé de tourisme pour les propriétaires. Le durcissement des règles visant les Airbnb est inévitable dans les zones où les habitants sont confrontés
à d’importantes difficultés d’accès au logement. »

 

Afin d’expliciter son analyse, Maslow.immo a réalisé une simulation de calcul entre louer son bien en meublé longue durée ou par Airbnb avec un service de conciergerie pour un studio de 25m² à Tours, une des villes de province les plus rentables avec un taux d’occupation en location saisonnière de 72 % alors que la moyenne nationale se situe entre 44 et 70 %.

Location via Airbnb + concierge

  • 47€/nuit
  • Taux occupation : 72 %
  • 12 351€ de revenus, après soustraction des frais Airbnb (20%) et conciergerie (20%), les revenus sont estimés à 7 410€, soit 617€/mois
  • Après soustraction de l’abonnement internet + électricité (estimation 60€), les revenus mensuels nets s’élèvent à 557€ (source AirDNA)
  • Location meublée

  • Loyer moyen 21€/m² soit 525€ et après soustraction des frais de gestion (8.4 % TTC), les revenus mensuels sont estimés à 480,90€(source seloger)

  • Soit seulement 76.1 de différence par mois et 913,2 à l’année.

    Cet écart de gain est relativement faible selon le niveau d’implication que nécessite chaque mode d’exploitation :
    • La location longue durée est moins coûteuse en temps, en frais de mise en place et
      de fonctionnement
    • La location courte durée demande une gestion quotidienne et créé plus de risque de vacance avec un risque d’usure du bien plus élevé (fort turnover avec des voyageurs qui en prennent moins soin qu’un locataire à long terme).